Rechercher
  • Celtis

BDSM vs domination soft : quelles nuances ?

La domination soft figure parmi les jeux amoureux les plus connus et les plus appréciés dans les salons de massage naturiste. Cependant, elle est souvent confondue avec le BDSM. Ce guide met en lumière les nuances qui existent entre ces deux pratiques et les caractéristiques de la domination soft.


Quelles différences existe-t-il entre le BDSM et la domination soft ?


domination soft vs bdsm

La domination soft est apparue bien après le BDSM, mais elle est plus accessible et populaire. Elle est beaucoup plus douce et se pratique même lors de séances de massages coquins innovants.


Avec le BDSM, on se heurte à des conditions complexes qui ne peuvent être mises en place lors d’un modelage naturiste. La domination soft est certes une sous-branche du BDSM, mais elle va bien avec un massage érotique et sensuel. Pour se libérer de la dépression, rien de tel qu’une activité sensuelle aussi douce et tendre.


Le BDSM peut s’effectuer avec n’importe qui ; les deux parties doivent juste se lier par un contrat. La domination soft, par contre, se pratique avec quelqu’un en qui l’on a entièrement confiance, en l’occurrence une masseuse. Cette dernière se retrouve dans la peau du dominant et son partenaire joue le rôle du dominé.


Le BDSM est-il effrayant ?


La pratique du BDSM repose sur des notions définies par les lettres BD, DS et SM. Elles symbolisent respectivement :

  • BD pour Bondage et Discipline ;

  • DS pour Domination et Soumission ;

  • Et SM pour Sadisme et Masochisme.

Le bondage implique de se faire attacher alors que la soumission exige une obéissance totale. Par ailleurs, le côté sadomasochiste du BDSM inclut l’amour de la douleur, qu’on l’inflige ou la reçoive. Présenté de cette manière, il est tout à fait normal d’en avoir un peu peur, mais rassurez-vous !


Le BDSM peut être réalisé de différentes façons sans pour autant être désagréable. Par exemple, dans une phase d’initiation, il est possible de choisir uniquement la soumission ou le bondage. Cela permet d’avoir un aperçu de la pratique ; vous pouvez ensuite adhérer à la version complète. Ce guide du débutant pour une séance BDSM présente en détail tout ce qu’il faut savoir avant de s’y mettre.


Sur quoi repose la domination soft ?


La communication est l’élément clé sur lequel repose cette pratique sexuelle. À cet effet, il est important d’établir les conditions d’exécution de la séance et d’obtenir le consentement de tous les participants. D’autres critères entrent également en jeu dans la domination soft, notamment :


La confiance


La domination soft se pratique en couple. De ce fait, il est impératif de se trouver un partenaire digne de confiance et qui maîtrise parfaitement cette approche de la sexualité. Cette personne doit être en mesure de tout arrêter ou de rassurer l’autre quand les choses s’intensifieront.


La sécurité


Il faut s’assurer de définir des règles avant de commencer une séance de domination soft. Un « safe word » doit être créé pour tout stopper en le prononçant quand on le désire. L’objectif de la pratique est d’explorer l’étendue du plaisir mutuel, pas de faire dans l’excès.


L’information


Il faut se renseigner un minimum avant de décider de vivre une nouvelle expérience sexuelle. Un tutoriel ou des articles sur le web, des conseils d’experts, etc., constituent de bonnes sources d’informations. Pour en apprendre plus sur la domination soft, cliquez ici.


Commencer en douceur…


Il est important de commencer en douceur une séance de domination soft pour en tirer le maximum de plaisir. Elle doit aussi se terminer de la même façon.


En définitive, la domination soft est une branche du BDSM qui peut néanmoins s’en écarter. La pratique du BDSM repose obligatoirement sur un contrat établi et consenti en amont. La domination soft possède plusieurs caractéristiques qui en font une pratique sensuelle excitante.

77 vues0 commentaire